Luminothérapie : la lumière bleue contre le syndrome post-commotionnel

Décidément, la thérapie par la lumière, ou luminothérapie, s’impose comme un sujet de recherche de premier plan au sein de la communauté scientifique. Une nouvelle étude préliminaire a montré que la thérapie par la lumière bleue pourrait donner de l’espoir aux millions de patients qui souffrent du syndrome post-commotionnel après un traumatisme cérébral léger.

La luminothérapie par la lumière bleue contre un placebo à la lumière orange

Cette recherche conduite par des chercheurs de la faculté de médecine de l’Université de l’Arizona à Tucson, fait partie d’une étude plus large qui examine les effets de la thérapie par la lumière bleue comme moyen d’aider les patients à se remettre plus rapidement de leurs commotions. En moyenne, 50 % des patients qui ont souffert d’une commotion cérébrale ont des problèmes de sommeil chronique qui compliquent la convalescence.
La petite étude a porté sur 35 personnes d’une moyenne d’âge de 26 ans chez qui une commotion cérébrale avait été diagnostiquée au cours des 18 derniers mois. La moitié des participants a subi des séances de luminothérapie par la lumière bleue pendant 30 minutes, chaque matin, pendant six semaines, tandis que l’autre moitié a reçu un placebo de thérapie à la lumière orange.
Au début et à la fin de l’étude, les deux groupes ont passé des tests pour mesurer les symptômes de la dépression selon la technique du« Beck Depression Inventory ». D’autres symptômes courants de commotion cérébrale, notamment les maux de tête, la fatigue et les problèmes de sommeil, de mémoire et de concentration, ont également été évalués.
Les chercheurs ont constaté que les personnes qui ont reçu une luminothérapie à la lumière bleue ont connu une amélioration significative sur l’échelle de la dépression (+ 22%) contre une aggravation des symptômes chez le groupe « Placebo » (- 4%). Des améliorations des troubles du sommeil, de la fatigue, de la concentration, de l’agitation et de l’irritabilité dans le groupe traité à la lumière bleue ont également été enregistrées.

La luminothérapie pour « redémarrer » le rythme circadien

Les chercheurs estiment que la lumière bleue a modifié les rythmes circadiens et qu’elle a aidé les patients à être moins somnolents pendant la journée. Ils ont également observé des zones du cerveau qui semblaient s’hypertrophier pendant les séances, améliorant la connectivité et la circulation du flux nerveux. Il est prouvé que pendant le sommeil, l’organisme élimine de nombreuses neurotoxines qui s’accumulent dans le cerveau, pouvant causer certains dommages.
Le sommeil contribue également au développement d’un type de cellule cérébrale qui isole les neurones pour les protéger. Ces cellules se développent davantage lorsque le sommeil est sain, suffisant et réparateur. La commotion cérébrale est le résultat d’un coup, d’une secousse ou d’un traumatisme au niveau de la tête qui interrompt le fonctionnement normal du cerveau. Un traumatisme crânien léger est défini comme un changement d’état mental ou de conscience de courte durée, de moins de 30 minutes.
Le syndrome post-commotionnel (SPC) peut se manifester aussi bien dans les lésions cérébrales bénignes que dans les lésions graves. Un diagnostic de SCP peut être établi lorsque les symptômes durent plus de deux semaines après la blessure initiale.Les symptômes du syndrome post-commotionnel sont les maux de tête, les vertiges, la fatigue, l’irritabilité, des difficultés de concentration et d’exécution de tâches mentales, une altération de la mémoire, l’insomnie, etc.

La luminothérapie pour améliorer la qualité de vie des patients « bien portants »

La thérapie par la lumière est également toute indiquée pour les personnes qui souffrent du fameux coup de blues hivernal, un état de déprime qui devient courant lorsque les jours raccourcissent, à cause notamment de dérèglements hormonaux en lien avec le manque des rayons du soleil qui pénètrent au niveau de la rétine. Ces dérèglements provoquent une certaine déprime, mais aussi et surtout des troubles du sommeil, avec une tendance à l’insomnie ou au contraire à l’hypersomnie ou somnolence diurne.
Pour y remédier, à fortiori si vous vivez dans des régions où le soleil se fait particulièrement rare pendant l’hiver, vous pouvez vous équiper d’une lampe de luminothérapie simulant le spectre lumineux du soleil. Pour faire votre choix, vous pouvez consulter ce comparatif des lampes de luminothérapie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.