La Conscience - Qui a tué le Professeur Guillaume Samba Kaputo ?
 
 
Présidence de la République
Qui a tué le Professeur Guillaume Samba Kaputo ?

« Samba Kaputo : poison ou maladie ? », a titré à la « Une » un hebdo kinois alors qu’un autre confirmait avec photo du défunt dans la bière exposée au Palais du Peuple : « Mort mystérieuse ». Il n’y a donc pas de fumée sans feu. La disparition du Professeur Guillaume Sam. Kaputo, conseiller spécial du Président de la République, a paru suspecte aux yeux des observateurs avertis et autres analystes de la classe politique congolaise. Enquête au Palais du Peuple.



Le mercredi 15 août 2007

Le dimanche 5 août courant, un de ses assistants, qui a requis l’anonymat, nous a confié dans le vaste hall du Palais du Peuple -fruit de la coopération agissante congolo-chinoise depuis la décennie 70 sous le régime dictatorial du Mpr-Parti-Etang- que le prof. avait été victime des luttes intestines au sein du sérail présidentiel depuis la fin du processus électoral fin 2006. Comme Jésus-Christ à l’époque antique, il disparut dans la foule en sanglots.

Alors en séjour à Benguela, sud de l’Angola, le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange, lui aurait donné l’ordre par portable d’aller se faire soigner en Afrique du Sud. Le lendemain, 26 juillet 2007, le prof. Guillaume Tell (un explorateur scientifique) a pris un régulier de la compagnie aérienne Hewa Bora Airlines pour un voyage sans retour vivant au pays du Président Tambwe Mbaki (!). Il souffrait des reins, gravissait difficilement les marches de l’escalier étroit de l’Immeuble Royaliste pour accéder à son bureau exigu de la commune de Gombe au lieu de se rendre à celui spacieux de nid d’aigle du Conseil national de Sécurité (CNS), situé sur les hauteurs paradisiaques de Binza Ma campagne à l’Ouest de Kinshasa, dans la commune de Ngaliema.

Le 28 juillet dernier, le Chef de l’Etat, J2K, l’a confirmé au poste stratégique de Conseiller spécial du Président en matière de sécurité. Une nouvelle qui a fait grincer des dents des carnivores dans la cour présidentielle, bien entendu. Bouche et motus cousus !

Trois jours plus tard, le 1er août , journée dédiée aux parents morts et/ou vivants, le chouchou du cabinet du Chef de l’Etat congolais, rendit l’âme dans une polyclinique spécialisée au pays du Prof. Barnard Christian, célèbre dans le monde entier pour sa réussite dans la greffe chirurgicale au cœur de l’homme. Il y a déjà trois décennies.

Présent alors à Jo’Bourg, l’honorable Pius Mwabilu, PDG du groupe de presse indépendante « L’Avenir », a affirmé à ses collègues de la chambre basse qu’un quidam avait téléphoné depuis Kinshasa pour s’enquérir du décès effectif du Prof. Sam après l’annonce de la nouvelle macabre sur les ondes de la RTNC (sic). Et pourtant, la chaîne nationale est dirigée par le PDG et distingué confrère Monsieur Kipolongo Mukambilua, qui est en même temps directeur de la presse présidentielle. Allez y comprendre quelque chose dans cette nouvelle Rome d’Afrique !… Re-moutus ?

Comme on le voit, la disparition brusque du Prof. Guillaume Tell, le cerveau du système tissé autour du Raïs JKK depuis six ans, a laissé la voie libre aux ambitieux caïmans de tous poils pour son remplacement immédiat au poste tant convoité de locataire privilégié du vaste bureau de la CNS, qui surplombe la Ville de Kinshasa comme un nid d’aigle des montagnes Rocheuses aux USA.

En ligne de piste pour la course au pouvoir : les deux ambassadeurs itinérants, du reste élus députés dans leurs fiefs respectifs, entre autres : Augustin Katumba Mwanke ( ancien confident de Mzee Laurent-Désiré Kabila) et Antoine Ghonda Mangalibi ( ancien de l’Udps/USA puis du MLC qui est passé au PPRD après son éviction de la diplomatie par le carnivore politique JPBG du MLC /Renaco/UN. En politique, dit-on, il n’y a pas de cadeau…

Troisième larron : Henri Thomas Lokondo, conseiller privé du Chef de l’Etat (un poste qui n’est pas repris dans la composition du cabinet présidentiel, selon ses détracteurs kabilistes et marxistes) simple, discret et efficace. Celui-ci dirige un petit parti politique UCL, allié au PPRD depuis sa fugue au Dialogue Intercongolais sur recommandation du stratège Samba Kaputo longtemps demeuré dans l’ombre du pouvoir en place. Cette percée de Monsieur HTL, ancien vice-ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale à la veille de la chute du Maréchal Mobutu Sese Seko, a créé une brèche dans le système afdeléen et permet aux rusés Mobutistes désireux de contrôler à nouveau l’appareil de l’Etat. Comme justement advenu au Sénat avec le trio des revenants : Léon Kengo, Edouard Mokolo et Mario Cardoso élus respectivement Président, 1er vice et 2e vice-président au bureau de la chambre haute en mai dernier. Baza likolo… bino na nse !

Le terminator Honoré Ngbanda étant en exil prolongé, Nono Lutula en prison avec Gata, deux anciens patrons du système de sécurité mobutiste vont sûrement chercher, à tout prix , à occuper ce poste tant convoité sur les bords du sanguinaire fleuve Congo. Il s’agit de tandem Seti Yale et Lilo Nkema ; le premier est susceptible d’être pistonné par le Président du Sénat, le véritable numéro deux du régime constitutionnel du 18 février 2006 tandis que le second, un ancien ambassadeur, recyclé en flic courtois, donc habile négociateur, pourra brandir sa carte de visite de l’homme de la « perestroika ». Celui-là même qui l’avait amené à réconcilier les deux ennemis de la première transition : le Maréchal Mobutu et le Sphinx Etienne Tshisekedi en vue de l’ouverture de la CNS (Conférence nationale souveraine), le 18 juillet 1991 sous la présidence de l’expert Crispin Mulumba Lukoji. Bien entendu, la CNS n’est pas à confondre avec le CNS, qui est considéré de nos jours comme une chasse gardée par les Katangais de façon à ne pas perdre le pouvoir.

En dernier ressort, le Chef de l’Etat J2K pourrait couper la poire en deux entre les colombes et les faucons de son sérail avec la nomination probable d’un autre ambassadeur, ci-devant André Kapanga, ancien conseiller politique et diplomatique de son cabinet avant la nomination du barbu Marcellin Cishambo et ancien diplomate à la chancellerie de New-York. « Wait and see », disent les Anglophones. Attendons voir l’évolution de ce puzzle politique shakespearien dans les jours à venir.

Jean-Marie Mandjeku © La Conscience 15.08.2007
Chancelier de la plume


 


forums
UDPS : Etienne TSHISEKEDI doit passer la main
4 mars 2015

RDC : l’opposition propose un calendrier électoral différent de celui de la Ceni
3 mars 2015

L’homme politique et l’homme d’État
24 février 2015

RDC : ouverture du procès Vital Kamerhe à la Cour suprême
24 février 2015

A Kinshasa, Alexander De Croo lance une charge contre le régime Kabila
22 février 2015

RDC-Elections : les demandes de financement seront d’abord traitées à l’UE, souligne Frank Walter
20 février 2015

RDC : Washington satisfait d’une présidentielle fin 2016
19 février 2015

RDC : Calendrier électoral non rassurant
19 février 2015

Lubumbashi : l’UDPS qualifie le calendrier électoral de « pure distraction »
16 février 2015

Ca chauffe entre la RDC - la Communauté Internationale : J. Kabila recadre à nouveau les ambassadeurs
16 février 2015

RDC : l’opposition analyse les contraintes liées au calendrier électoral global
14 février 2015

RDC : la Ceni fixe l’élection présidentielle au 27 novembre 2016
13 février 2015

RDC : Rapport final 2014 du groupe d’experts de l’ONU
12 février 2015

2016 : le risque de glissement persiste
11 février 2015

RDC : « Le transfert de pouvoir doit se faire de manière démocratique », affirme Russ Feingold
10 février 2015

RDC : Instrumentalisation de la justice à des fins politiques
9 février 2015

Martin Kobler : « La communauté internationale attend la présentation du calendrier électoral »
5 février 2015

Léon Kengo au banc des accusés
3 février 2015

RDC : Katumbi, entre Londres, Lourdes, politique et business
2 février 2015

La réaction des Députés européens sur la situation politique en RDC
30 janvier 2015

RDC : majorité et opposition saluent le vote de la loi électorale
26 janvier 2015

RDC : le projet de loi électorale enfin voté
26 janvier 2015

À Kinshasa, le camp présidentiel fait marche arrière
25 janvier 2015

RDC : L’opposition manque un bon leader
24 janvier 2015

RDC-Loi électorale : la société civile appelle la commission paritaire à « préserver la paix »
24 janvier 2015

Sénat : le recensement et l’identification de la population élagués de la loi électorale
23 janvier 2015

RDC : État de siège
23 janvier 2015

Respect de la Constitution : « KABILA » a la corde au cou
21 janvier 2015

Une bagarre entre militants de l’UDPS et jeunes dissidents du parti dégénère à Mbuji-May
15 janvier 2015

RDC : l’opposition appelle la population à occuper le parlement
15 janvier 2015

 
(Publicité)

 

 
 
 
 
 
 
 

© 2004 La Conscience

A/5, rue Bonga
Bloc Commercial St. Joseph
Kinshasa-Matonge Kalamu
République Démocratique du Congo