Le retour de l’enfant terrible
Evoloko Jocker retrouve Kinshasa après une quinzaine d’années

La musique congolaise moderne a ses monuments. Et Evoloko Atshuamo Jocker en est indéniablement un. Ce chanteur ténor intrinsèque a fait vibrer tout le pays par sa voix aiguë, somptueuse, envoûtante et charmeuse. Evoloko a mis tous ses pairs d’accord sur son talent de chanteur. L’on se rappelle très certainement de son vocal inouï dans la chanson Mwana Mpo consacrée au Franc congolais, la monnaie nationale.



Le samedi 7 août 2004

Après un séjour long de plusieurs lustres en Europe, le talentueux chanteur Evoloko Atshuamo Jocker est rentré au pays dans l’optique de ressusciter l’orchestre Langa Langa Star qui a été sous les feux de la rampe à Kinshasa au début des années 80 jusqu’à l’aurore des années 90.

JPEG - 17.3 ko
Evoloko Joker

En séjour en Europe, le chanteur n’a sorti qu’un album -Mbongé Mbongé-, de haute facture du reste. Ensuite, il n’a plus fait parler de lui, et cela pendant presque dix années. En Europe, il ne s’est produit que dans des cérémonies de mariage, mais pas dans de grandes productions.

A en croire Evoloko, la musique, à l’époque, ne nourrissait pas son homme, même en Europe où il séjournait. On se produisait juste pour le loisir, dit-il. En plus de cela, avance-t-il, il n’a plus trouvé de producteur pour mettre un autre album sur le marché après Mbongé Mbongé qui a récolté un franc succès mais dont les retombées financières n’ont pas suivi. Ou plutôt, lui Evoloko n’a pas trouvé son compte sur le plan financier. Le patron de Langa Langa Stars a donc passé un long moment en Europe, ne vivant pas de la musique. Il a eu le temps de se stabiliser sur le plan conjugal et fonder une famille. Et avec cette situation, le retour au pays prenait progressivement du temps.

En Europe, Evoloko fait partie du Quarto, un groupe de circonstance, en compagnie de Papa Wemba, Bozi Boziana et Gina Efonge. Selon le chanteur, ce groupe ponctuel devait se produire en concert, mais le calendrier a été bouleversé surtout suite à l’arrestation de Papa Wemba. Cependant, a-t-il assuré, un album est en chantier et sera mis sur le marché dans les tous prochains jours.

Le retour

A Kinshasa depuis quelques semaines, Evoloko a mis sur pied un groupe qu’il a dénommé Langa Langa RDC. Ce nouveau ensemble est composé de jeunes talents que le chanteur a recrutés sur place dans la capitale congolaise.

Le chanteur établit son quartier général au quartier Yolo dans la commune de Kalamu où il achète un siège pour son nouveau groupe ou encore le Langa Langa Stars ressuscité. Langa Langa Star RDC va entrer en studio pour l’enregistrement du premier opus de Evoloko plus dix ans après Mbongé Mbongé. Et la première sortie, assez mitigée, du groupe a eu lieu le samedi 24 juillet dernier au Cinemax -aujourd’hui Cinépolis-, devant un public relativement éparse.

Mais l’univers de l’art d’Orphée de la République démocratique du Congo, particulièrement de Kinshasa, s’est sensiblement métamorphosé durant ses années d’absence avec la prédominance des jeunes orchestres comme ceux issus du clan Wenge, Cultur’a Pays vie de Félix Wazekwa, Nouvelle Ecrita de Papa Wemba.

Jocker Evoloko se retrouve devant l’exigence de se mettre au même diapason et à la même gamme que ces groupes en vogue. Ainsi, il ne recrée pas un Langa Langa Stars avec les vieilles figures, mais il fait confiance aux jeunes talents.

Mais, pense l’artiste, il compte monter Langa Langa RDC aile Europe avec les anciens de Langa Langa Stars restés sur le vieux continent comme Mazeya Leya et Coco Anana Sukali, etc. Il prend exemple sur Papa Wemba qui est à la tête des plusieurs groupes musicaux comme Viva la Musica International, Viva la Musica Cour des grands, Nouvelle Ecrita, First Class et Nouvelle Tendance.

La musique congolaise compétitive

Abordant la question sur la situation de la musique congolaise sur la scène internationale, le patron de Langa Langa RDC a soutenu qu’elle n’est pas en baisse comme le prétend une certaine opinion publique. C’est plutôt la polémique entre musiciens qui donne l’impression de cette baisse de régime. Le chanteur regrette les querelles qui minent les relations entre artistes car cela fragilise la musique du pays et ternit son image. Les musiciens se combattent entre eux. Pour sa part, dit-il, aucun problème particulier ne l’oppose à un artiste congolais.

Evoloko a déclaré n’avoir pas de problème avec Nyoka Longo de Zaïko Nkolo Mboko en séjour en Europe, bien qu’ils n’entretiennent plus des relations étroites comme du temps où il évoluait dans Zaïko. Jocker déclare qu’il n’a pas d’ennemis musiciens. Mais aussi, il reconnaît que tous les musiciens ne sont pas des amis, en tout cas pas proches comme Papa Wemba par exemple.

L’homme

Chanteur de prédilection, Evoloko voit le jour il y a une cinquantaine d’années. Très tôt, il fait valoir son charme et son talent de chanteur ténor, et aussi son charisme exceptionnel de meneur d’hommes en dépit de son caractère difficile.

Il fait ses débuts au sein de « Les Maps » de Hugues Lutula, un jeune groupe de la commune de Lingwala à la fin des années soixante. Mais il va prouver ses talents fabuleux de chanteur première voix dans Zaïko. L’on rappelle que Zaïko Langa Langa a été créé pour faire un contre-poids au groupe Thu Zaïna de la commune de Kalina (Gombe). Au début des années soixante-dix, la première sortie de Zaïko avec Evoloko dans la ligne de chant s’est effectué au bar Hawaï sur l’avenue Bongolo au quartier Yolo dans la commune de Kalamu.

C’est justement dans Zaïko Langa Langa qu’il s’est révélé comme un véritable leader bien qu’il n’ait pas eu de mandat manifeste. Au sein de ce groupe avant-gardiste des années 70, il a composé des tubes de légende comme Mbeya Mbeya, Onassis ya Zaïre, Charlotte adieu na Athénée, Francine Keller, Eluzam, Fièvre Mondo. Il a été l’initiateur de Isifi Lokole avec Mavuela, Papa Wemba, Bozi Boziana avant de revenir dans Zaïko.

En 1981, un groupe de chanteurs quitte Viva la Musica de Papa Wemba, s’allie avec une frange de musiciens qui s’est désolidarisé de Nyoka Longo. Et c’est dans ce deuxième groupe qu’on retrouve Evoloko. C’est la naissance de Langa Langa Stars. Il est quasiment le patron de ce nouvel orchestre qui prend pignon sur rue à Kinshasa. On lui reconnaît la paternité des chansons telles que Souvenir Mbeya Mbeya, Requiem, Donné, Trop bon trop couillon, Moyeke, etc.

L’on n’occulte justement pas l’album Mbongé Mbongé qui l’a révélé sur la scène internationale. C’est l’un de rares musiciens qui a écrit seul ses chansons. Mais Langa Langa Stars, composés de chanteurs charismatiques, se vident petit à petit de ses musiciens.

Certains entament la carrière solo comme le regretté Djenga Ka Kisangani. Bozi Boziana intègre Choc Stars de Ben Nyamabo.

Djanana regagnent Viva la Musica alors feu Dindo Yogo intègrent Zaïko Nkolo Mboka. Evoloko reste seul maître à bord et recrute de jeunes talents comme des chanteurs comme Mazeya Leya, Coco Anana Sukali, Dikie Roi, etc. Le groupe s’impose sur la place musicale à Kinshasa pendant un moment. Mais à l’orée des années 90, Evoloko s’envole pour l’Europe. De retour au pays après autant d’années, le chanteur n’a sans doute pas perdu sa belle et envoûtante voix.

Evoloko Atshuamo Jocker réserve certainement des surprises aux amoureux de la bonne musique, notamment ceux qui ont eu à l’apprécier dans le temps et la jeune génération des mélomanes qui découvrira ce chanteur ténor hors pair.

Martin Enyimo © Le Potentiel


 


forums
1943 - Antoine Kolosoy « Wendo » et le Victoria Kin.
20 janvier 2014

L’an 15 de la mort de Pépé Kallé
10 mars 2013

Affaire Abracadabra : Diego Music avait retiré sa plainte contre Koffi !
17 août 2012

Koffi Olomide aux arrêts
15 août 2012

Papa Wemba ne veut être honoré à titre posthume
13 août 2012

35e anniversaire de Viva la Musica : nostalgie, émotion et ambiance
27 juillet 2012

Nostalgie : Chronique de la genèse des orchestres Le Negro Jazz de Brazzaville (1954) et l’OK Jazz de Kinshasa (1956)
10 juin 2012

Phénomène « Combattants » : Les stars de la musique congolaise privées de tournées euro-américaines
21 décembre 2011

L’album Abracadabra de Koffi Olomidé piraté
19 décembre 2011

« Opika Pende », dans l’histoire de la chanson africaine
16 décembre 2011

Fally Ipupa-R. Kelly : un featuring excitant !
6 décembre 2010

50 ans de carrière pour Tabu Ley Rochereau !
23 octobre 2010

Rumba congolaise : la renaissance ?
13 juin 2010

Adieu Mayaula Mayoni !
27 mai 2010

RAS NAYA & FREE ISLAND
31 mars 2010

Luciana Demingongo : « L’album de Nzuzi Makambo va se nourrir du meilleur de l’héritage de notre musique »
25 février 2010

Quand la fusion squatte la scène algérienne
11 février 2010

Youlou Mabiala : SOS pour un monument en péril
21 janvier 2010

Mpongo Love : une voix partie à fleur d’âge
15 janvier 2010

Nino Malapet : « Pour faire carrière, j’avais répondu à un appel intérieur, après j’ai eu la foi et j’ai travaillé dur »
13 janvier 2010

Les artistes musiciens versent de plus en plus dans l’immoralité
30 décembre 2009

Luambo Makiadi Franco
3 novembre 2009

Hommage à l’artiste musicien Nico Kasanda
23 septembre 2009

La musique congolaise en deuil : Le soliste Dave Weston Makondele a tiré sa révérence
13 août 2009

Lokua Kanza acteur engagé !
6 août 2009

Après une période difficile de sa carrière
21 juillet 2009

Zaïko : Le public et les sponsors en redemandent
17 mai 2009

Lambert Mende, ministre des oukases ridicules, interdit les chansons avec « mabanga »
16 mai 2009

Frère Likinga Mangenza Redo et Soeur Joujou Lumumba dans « Repentance »
28 avril 2009

Soeur Joujou Lumumba : Dame de foi, chantre de Dieu
14 février 2009

 
(Publicité)

 

 
 
 
 
 
 
 

© 2004 La Conscience

A/5, rue Bonga
Bloc Commercial St. Joseph
Kinshasa-Matonge Kalamu
République Démocratique du Congo